77 - 94 : Beaublanc médusé !

Illustration

On ne sait par où commencer pour cette analyse tant la soirée fut "riche". Tout d'abord un grand merci aux milliers de personnes qui ont suivi l'appel lancé par les cinq associations. Si les quelques applaudissements ont rapidement rempli l'espace sonore –acoustique de Beaublanc aidant- l'impression visuelle était forte. On remerciera également le service communication/marketing du CSP qui avait distribué des bam-bams dans les loges… ça en dit long sur le respect qu'ils ont pour leurs associations de supporters. La cathédrale du basket accueillait donc des funérailles samedi soir, celles du professionnalisme limougeaud : analyse.

Et oui on commence à tacler le staff mais que voulez-vous, c'est comme tout il faut s'échauffer avant l'effort ! Donc le service communication disions-nous… Quand il s'agit de tenir un site web décent avec des infos à jour et éventuellement de créer une boutique en ligne… y'a personne ! En revanche pour essayer de briser un mouvement unitaire et somme-toute respectueux là on a des idées !... Résultat, n'ayant pas le silence une grande partie des mécontents a préféré huer les joueurs, ce qui n'était pas l'effet escompté… Finalement applaudir n'était peut être pas une si bonne idée ?
Dernier clin d'œil au service de comm' qui a décidemment la Grinta, quelle bonne idée d'inviter un des supporters les plus remontés à venir au centre du terrain pour lui offrir son bon d'achat et fêter de la meilleure des façons qui soit son anniversaire… Nos amitiés à Bouly qui a eu le courage d'aller au bout de sa démarche !

Illustration


Allez, une petite couche sur les "applaudisseurs". Comme à la réunion de mercredi, on a pu constater que le gang du 3e âge a une nouvelle fois frappé. Avec tout le respect dû à nos aînés, même si les gens du CSP sont "bien polis" qu'ils distribuent la part de galette des rois et qu'ils disent bonjour dans la rue, ce ne sont pas des critères pour en faire de bons dirigeants d'un club pro… Donc à mes amies les mamies hystéro, qui ne pipent rien au basket, je dis simplement… rien ! Vous ne comprendriez pas et en plus vous ne lisez pas Beaublanc.com vu que votre gadget technologique de pointe c'est la télécommande qui vous permet de passer de Lepers à Pernaud sans trop forcer.
Je relève simplement que pour un club qui souhaite "construire sur la durée" on se fie à une base qui risque de ne pas durer… à moins d'organiser le prochain point de communication fortésien au cimetière de Louyat (à défaut du siège de l'avenue de Louyat dont la simple évocation a provoqué une salve d'applaudissements… hystéros j'vous dis !).


Parlons un peu du match.
C'est Jean Denys CHOULET qui a trouvé la bonne image : LE CIRQUE ! Si lui évoque le spectacle romain (il déplore la "mise à mort" des joueurs), nous évoquerons plutôt l'ensemble de la famille Zavatta qui a trouvé une sérieuse concurrence hier soir.
Le 0-10 encaissé dans les 3 premières minutes était déjà pathétique… mais la façon le fut encore plus. Roanne c'est du costaud et même handicapé par deux absences il y avait de quoi faire sur le terrain. Si cette armada avait "enfoncé" les limougeauds en attaque et muselé en défense on pourrait comprendre, mais les choraliens n'ont pas eu à forcer leur talent pour trouver des intervalles en attaque et pour admirer la collection de briquettes envoyée par nos intermittents du spectacle ! QUELLE HONTE ! Entre ceux qui fuyaient le ballon et ceux qui balbutiaient un shoot pathétique à 30 bons centimètres du cercle (voire un airball !), la consternation balayait les travées d'un Beaublanc médusé par la réaction des joueurs à une présentation houleuse… Il est loin le temps des cojones et de ceux qui répondaient aux critiques par le talent ! Les huées n'ont pas tardé à tomber des tribunes devant la prestation d'un cinq majeur devenu le temps d'un quart-temps première entreprise de BTP en Limousin avec un stock de parpaings propre à vous construire un nouveau pont sur la Vienne.

Citons rapidement Taylor le fameux "meneur gestionnaire" qui gère la balle en dribblant de façon stérile pendant 10 secondes avant de lâcher la patate chaude à un malheureux qui a au mieux 8 secondes pour créer un shoot… chapeau ! A sa décharge, on a rarement vu aussi peu de mouvement sans ballon, pas d'écrans, pas de démarquages… un bien bel hommage à la semaine du handicap ! Après le BIG-THREE annoncé en début de saison, place au SMALL-THREE Taylor/Banks/Guinn... qui vous ruine une feuille de stats en moins de temps qu'il n'en faut pour faire un air-ball.

Illustration

Rayon de soleil au milieu de cet océan de médiocrité : Raphaël DESROSES qui, dès son entrée, s'est battu ! On ne va pas en faire des caisses, tout le monde l'a vu et l'encense et il le mérite ! De la combativité, des fautes, des rebonds, du courage et DES COJONES puisque Raph a pris ses responsabilités en attaque, ne refusant pas les shoots ouverts et les convertissant. Rien à dire !... Si ! Le fameux "mauvais public" de Beaublanc décrié ci et là depuis qu'il n'accepte plus sa ration de bouillie de basket a su rester à la fin de la rencontre, attendre patiemment que Raphaël réponde aux sollicitations de la presse et lui offrir l'ovation méritée à sa sortie du parquet.
Qu'on se le dise : un joueur a été ovationné hier soir à Beaublanc… les huées ne sont donc pas de la haine aveugle mais bien l'expression d'une exaspération profonde envers une bande de "professionnels" qui n'en ont que le nom et le salaire.

Je tiens également à présenter des excuses à Monsieur Markovski (même si je maintiens mes propos sur son recrutement) qui semble se désoler de la prestation de ses joueurs. Son interview (ci-dessous) est révélatrice, cet homme est sincère et ne parvient à obtenir de son équipe ce qu'il lui demande. De ce que nous avons pu observer aux entrainements, ce coach respire le basket comme peu de gens mais il est sans doute "trop compétent" pour son effectif (un comble !). Il en vient à expliquer qu'il va se "contenter" de faire de la zone (ça au moins nos ricains arrivent à capter mais il va quand même falloir lever les bras) et se résigne à attendre une hypothétique victoire

Passons rapidement sur les deux remontées QT2 et QT3 à -6 et même -4 qui auraient pu faire croire à une réaction d'orgueil… mais non ! Il ne s'agissait que de "coups de mou" roannais comme en atteste l'efficacité des temps morts convoqués par coach Choulet dans ces instants délicats. JAMAIS la Chorale n'a été inquiétée et le différentiel d'évaluation résume à lui tout seul la différence d'engagement dans la rencontre : 124 à 77.

Dans la presse, Mister Choulet se permet de juger l'attitude du public limougeaud qui "descend" Cedrick BANKS... devons-nous lui rappeler les propos qu'il a tenu en début de saison à propos de de Gordon et KC Rivers qui peinaient à montrer leur efficacité ?!! Ahhh satanée porte à balayer avant de parler...

En conclusion : On ne sait pas jusqu'où cette équipe sera capable de descendre, la solidarité du public semble consommée et ne reviendra qu'avec des tripes (même pas des victoires, mais des tripes comme les actions de Desroses qui ont été ovationnées hier soir). Il est quand même curieux que ces messieurs qui ont tous connu les chaudes ambiances de NCAA voire de NBA ne parviennent pas à gérer la remise en question exigée par un palais des sports outré de tant de médiocrité conjuguée à une nonchalance exaspérante.

Prochain espoir de vague réaction au Mans... On n'ose même plus y croire.

  • Autour du match
  • Commentaires (67)